Empreintes n°22 : Yconne COUEDEL

Yvonne COUËDEL 

 

               

Aux Armées                                                                                                                                8.10.1917

 

 

LETTRE A MA MIE

 

 

Aujourd'hui, j'aurais voulu mon cœur plus calme

pour te dire que tout va,

que je reviens bientôt.

 

Mais la boue, les engelures et le bruit du canon !

J'étais parti combattre, défendre mon Pays,

pas éventrer la terre qui ne produira plus

que des bouts d'os épars,

 des éclats de mitraille.

 

De l'attaque d'hier, Jean n'est pas revenu.

Dis-lui bien à Hélène, il parlait tout le temps d'elle.

Mais le sang de sa vigne ne remplacera rien.

 

Merci pour les chaussettes,

tout ce qui vient de vous me réchauffe le cœur.

Du fond de mon terrier, je touche ton visage

et je te dis merci, je me souviens de tout.

Redis à Mélanie qu'elle est notre miracle

et qu'elle grandira entre ses deux parents.

 

Mais je dois terminer, on repart à l'attaque.

Adieu pour aujourd'hui

Je pense à toi, Ma Douce.

Retour à l'accueil