ÉTALE

 

 

 

Un visage, un sourire, un mirage, un soupir..
La vague se replie, fait son lit, s'assoupit

Sous la lune attendrie,
Et d'écume son chant

Quand la brise au couchant caresse l'océan..
Un rêve qui s'égare au large d'un vieux phare,

Et s'évade parfois
Une âme qui se noie,

Se pâme, douce voix, sur l'horizon là-bas
Où la berce le temps d'un grand frémissement

Au refuge des bras
Bohèmes d'un amant..

Un souffle, une pensée, une image effacée,
Peut-être souvenir du paisible zéphyr

D'une mi-sage nuit,
D'un rivage infini..

Retour à l'accueil