OLIVIA 

 

 

 

         « Sachons saluer la lumière

                                   fût-elle grise ».

                                   Jean-Yves Masson

 

 

 

 

 

Sur  la  page  immobile

de ce grand ciel d’automne

Rien.

 

Juste

un trait sans empreinte

d’oiseaux  migrateurs.

 

Juste

un  frémissement

de  feuilles  rouillées,

                    oubliées

à la cime d’arbres nus.

Rien…

 

Mais  pourquoi

devant ce ciel gris

tant

           de nostalgie ?

 

 

 

 

 


Eden

 

 

 

Un peu de rêve mauve

s’égoutte

en grappes de glycine

ruisselant sur le mur.

 

  Passant, arrête-toi.

Ici,

pose ton âme.

Ecoute.

 

Un chant d’oiseau,

un Angelus,

emparadisent

                       l’espace.

 

Retour à l'accueil