Empreintes 23 Yvonne COUEDEL

Yvonne COUËDEL

EAU PURE

Sortie des profondeurs, au flanc de la montagne

Elle coule, la source, en mince filet d’eau.

On l’a domestiquée,

Sinon elle est torrent.

Elle brille sous la lune, gèle un peu en hiver,

Abreuve le passant, délasse ses pieds gourds,

Fait boire le troupeau qui piétine sa mousse,

Et les roses, en surplomb,

Lui offrent leur parfum.

La pierre lui est douce, elle y glisse et la lisse.

Elle descend vers la plaine,

S’y perdra dans le sol.

Si j'étais une rivière,

Je serais….

Une rivière de sang au caniveau des abattoirs.

Ou un oued asséché qui n’atteindra jamais l’oasis.

Je serais….

Asséchée au soleil de certitudes assassines,

La rivière infinie des pauvres vies humaines

Éclatées dans l’instant, du rouge de leurs veines

Par le pouvoir furieux transporté par avion.

Je serais....

Né d’un névé, le torrent bondissant sur les rochers.

Le fleuve prisonnier d’un barrage assassin.

Ou le Rhône blessé, écartelé en Camargue.

Les eaux vives mêlées au cœur du confluent…

Je serais

Un ruisselet paisible frôlant les aubépines,

Une vallée de larmes sur les joues d’un amour.

Non, je serais, bien plus joyeusement

La cascade de rires aux gorges des enfants.

Retour à l'accueil