Empreintes 22 : Cécile D'ESTIENNE

… Et tout au fond de vous nait la peur

Elle est d’abord un tout petit grain

Un émoi à peine, léger comme un frémissement de printemps

Un trouble comme un souffle à la surface de l’eau

Un doute qui flotte entre deux …

Puis Prend corps dans une question que cernent de lourds points d’interrogation

Dont la réponse se refuse à faire surface

Se transforme en crainte qui s’amplifie

Et L’alerte est donnée !

Tout sombre Dans l’appréhension

Dans les affres de l’incertitude

Le trac vous traque jusqu’au fond de vous

Tout l’inconfort de l’inquiétude sonne l’alarme

Pour ne pas

Succomber à la consternation

Plonger dans les feux de l’effroi

Et pleurer, pleurer d’effroi comme on pleure de joie

Submergé par l’épouvante envahissante

Céder à la puissante vague déferlante qu’est la panique

Cette lame ultime qui ne retient plus l’horreur

et sème partout la terreur

Alors il vous faut entrer en guerre

Pour agir réagir, toute l’énergie est déjà là à l’intérieur

Pour retrouver défendre

Sa liberté d’être,

Sa liberté de penser

Retour à l'accueil